DEroulement des sEances

 

Première séance

Contrairement à la psychanalyse qui s'intéresse au « pourquoi » du problème, c'est-à-dire à ses causes profondes qui trouvent racine dans le passé (pourquoi on va mal), la thérapie brève s'intéresse, quant à elle, à « comment faire pour aller mieux », à « comment faire pour apporter des changements » afin d'obtenir rapidement un soulagement.

En effet, il a été prouvé que connaître les causes du problème n'est pas suffisant pour apporter un soulagement rapide et durable.

La première séance est consacrée à définir les contours du problème, définir et analyser comment il se pose concrètement, rassembler des informations et créer un lien de confiance entre le patient et le thérapeute. Le thérapeute intervient souvent pour éclaircir, souligner, questionner la personne, « voir » le problème avec le même système de perception que le patient.
L'accent est constamment mis sur le « comment cela se passe » plutôt que le « pourquoi cela se passe ». Le problème sera replacé progressivement dans son contexte : quand, où, à quelle fréquence, avec qui, comment cela commence, se termine, comment réagit la personne, son entourage. Le thérapeute consacre tout le temps utile à cette « enquête » préliminaire qui déterminera l'orientation du travail thérapeutique.

Lorsque le problème est posé concrètement, le thérapeute s'intéresse aux efforts que la personne a déjà fait pour tenter de le résoudre. Nous appelons ces efforts « les tentatives de solution ». Il s'agit donc des solutions qui ne sont pas efficaces et qui entretiennent le problème. Le patient en a souvent peu conscience et le rôle du thérapeute est de mettre cela en lumière.

Un objectif concret, minimal et évaluable est fixé avec la personne. Ce premier objectif représentant une première brèche dans l'entretien et la persistance du problème.

A noter que l'essentiel du travail se fait en dehors de la consultation, par le patient lui-même.

Le thérapeute propose alors au patient des «tâches thérapeutiques», qui sont déterminantes et qui vont lui permettre de changer sa manière de faire, créant ainsi de nouveaux apprentissages, censés modifier la situation problématique.

A noter que la plupart des tâches ont été éprouvées par des spécialistes reconnus (Nardone, Erickson, Watzalawick, Fish, Weaklmand, etc.) ayant attesté de leurs résultats, et que celles-ci sont adaptées en fonction des patients et de leur environnement.

Ces tâches ne sont ni coûteuses, ni dangereuses, ni compliquées; il s'agit d'observer, de réfléchir à certains aspects du problème ou de poser certains actes concrets. Ces tâches sont toujours décidées en fonction de la capacité du patient et avec son accord.

 

Les séances suivantes

Elles sont bâties sur le modèle de la première séance : un entretien durant lequel le thérapeute fait le bilan de la période passée, analyse les changements ou non-changements intervenus entre temps, propose de nouvelles tâches d'action ou d'observation à réaliser. Il s'attache toujours à la réalité concrète du patient et utilise des techniques lui permettant d'élargir son point de vue pour entrevoir d'autres modes de réactions possibles. L'important étant de puiser dans les ressources personnelles du patient pour faire face au problème.

 

Durée des séances

La durée moyenne d'une séance est de 45 minutes, parfois un peu plus, parfois un peu moins, en fonction de l'évolution du traitement et des nécessités du travail.

 

Le nombre de séances

Une thérapie doit être la plus brève possible pour le confort du patient mais se doit d'être aussi longue que nécessaire. Le nombre moyen des séances se situe entre 5 et 10.

 

Fréquence des séances

Les séances se déroulent, en moyenne, au rythme de tous les 15 jours. Elles peuvent être plus rapprochées ou espacées en fonction des nécessités et de l'avancement du travail.

 

A qui s'adresse la thérapie brève ?

Le champ d'application de l'approche de la thérapie brève est immense et il concerne tous les domaines où une personne se sent « en souffrance », se sent dans une impasse par rapport à un problème récurrent. La thérapie brève s'adresse donc à toute personne vivant une situation problématique pour laquelle elle ne trouve pas spontanément une solution satisfaisante. Il ne s'agit pas d'une démarche intellectuelle de réflexion sur soi mais plutôt une exploration concrète et active de ses ressources.

Parmi d'autres, on citera les indications suivantes :

toute personne adulte, adolescent ou enfant confronté à un problème d'ordre psychologique, relationnel, familial, sexuel ou professionnel

tout parent en besoin d'aide ou de soutien dans la relation avec son enfant ou adolescent

tout jeune confronté à des difficultés scolaires

tout couple traversant une crise ou face à une remise en question

toute personne souffrant de phobies, crises de panique, troubles obsessionnels compulsifs, manque de confiance en soi, tristesse, dépression, ou psychose présumée (comportement de type délirant, hallucinations, conduites « bizarres ».)

toute personne souffrant de troubles alimentaires (boulimie, vomissement, anorexie)

toute personne souffrant de problèmes de sommeil.


statistiques